Articles Coaching individuel

La Physique quantique, outils de coaching ? L’observation du phénomène modifie le phénomène

Ce matin, bloqué sur la route.

Mais que se passe-t-il ?
Une équipe de 15 personnes en gilet fluo est présente au carrefour pour étudier la circulation.

Résultat, la curiosité des automobilistes, devant un tel déploiement de force jaune, créé un bouchon là où habituellement il n’y en a pas.
Quelle pertinence à leur étude alors ?

Et c’est là une donnée de physique quantique bien utile au coaching.

 

De la physique quantique…

L’un des principes de la physique quantique, c’est que l’observation du phénomène modifie le phénomène.

« L’observation influe sur le système observé : Au cours de la mesure d’une observable, un système quantique voit son état modifié. Ce phénomène, appelé réduction du paquet d’onde, est inhérent à la mesure et ne dépend pas du soin que l’expérimentateur prend à ne pas « déranger » le système. »

(Merci Wikipedia)

En lisant cela, je vois vos yeux s’écarquiller 😉
Bon, en clair, lorsque vous observez quelque chose, vous en modifiez son comportement.

 
The Imperial inspection of a negative
De ce fait, cela remet en question l’ensemble de nos certitudes, puisque ce que nous savons, nous le déduisons de nos observations. Or ce que nous avons observé a été modifié par ces mêmes observations….

C’est là que cela devient intéressant dans les accompagnements

 

…Au coaching

Le problème du coaché est souvent lié au regard qu’il porte sur la situation. Changer ce regard permet parfois de changer la situation elle même.

 

Je vous propose 2 exemples pour illustrer ce changement de regard :

Stéphane est Directeur d’une plateforme régionale de transport.
Il souffre de ne pas parvenir à mobiliser ses équipes.
Ce qui le freine dans cet objectif, c’est l’image dure et peu à l’écoute qu’il renvoie à ses collaborateurs. Du coup, il est considéré comme très directif, peu engageant.

L’une des tâches qui lui est confiée entre 2 séances, c’est, lors de son tour de “Bonjour” du matin, de ne rien changer de ses habitude, à l’exception d’une chose : ne pas passer à la personne suivante sans avoir capté le regard de la personne qu’il salue.

Après 3 semaines, il revient avec plusieurs constats :

Lui qui se considérait comme très empathique (apparemment, il était le seul), s’est rendu compte qu’en fait, il ne prêtait pas attention à ses collaborateurs.
Les regarder vraiment lui a permis de leur porter une attention différente…
OK!…

Mais ce qui a marqué le plus Stéphane, c’est que très rapidement, certains membres de son équipe sont venus le voir pour aborder des sujets qu’ils n’avaient jamais traités ensemble, d’un ordre plus personnel que professionnel. Comme si ce simple changement avait changé le regard que les 2 parties portaient sur la relation.

 

Une autre façon, de décaler le regard : les Playmobils.
Oui oui, vous m’avez bien entendu.

Isabelle, assistante commerciale dans une agence de 10 personnes, a des difficultés à s’imposer face aux commerciaux. Plus elle a du mal, plus son responsable lui met la pression, plus elle a du mal… Le cercle vicieux est installé.

En jouant avec des Playmobils, elle est amenée à illustrer la situation.
Elle positionne son bureau, choisit les cow-boys pour représenter les 3 commerciaux, et un méchant pas beau pour représenter son chef. Elle dispose les pièces sur la table.

Dans un premier temps, elle explique en quoi son tableau représente ce qu’elle vit.
Puis dans un second temps, elle se déplace autour de la table pour se mettre tour à tour derrière les commerciaux, puis derrière son chef.
A chaque fois, elle re-décrit la scène « avec l’œil de … ».

Elle est frappée de l’image qu’elle peut renvoyer à ses interlocuteurs, et réalise qu’en se positionnant plus fermement, elle gagnerait à la fois leur respect, mais surtout le sien.

« Y’en a marre de cette petite assistante cachée derrière son bureau » finit-elle par s’écrier.

Sa décision, son challenge, a été de ne plus attendre que son responsable vienne la voir, mais d’aller dans son bureau plus souvent pour traiter les dossiers, quitte à « mettre le pied dans la porte quand son agenda est surchargé ! Et puis ça tombe bien, c’est moi qui le gère, je peux même lui caler des rendez-vous avec moi si ça me chante »

 

Alors puisqu’observer un phénomène le fait évoluer, à nous d’y apporter un regard plus porteur.

 

 

 

Crédit Photo : (c) https://www.flickr.com/photos/kalexanderson/

 

2 comments

  1. Stéphane Delbecque

    Excellent !
    Et puisque qu’il est question de physique quantique, tu viens de personnifier le chat de Schrödinger: Stéphane et Isabelle sont toujours eux-mêmes et en même temps, ils sont déjà différents 😉
    Amitiés

  2. Xolali (Holali)

    Olala Schrödinger ! Cela me rappelle mes cours de physique quantique à la FAC.
    Ta comparaison est très juste Éric en tout cas, j’aime beaucoup.
    Lorsque l’on vit notre personnage, on a toujours un jugement différent que lorsqu’on l’observe.
    C’est pourquoi nous avons tant de mal à comprendre les difficultés des autres sauf quand elle nous frappent de plein fouet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.