Articles Bilan de compétences

Parcours de bilan de compétences – morceau choisi

Avant d’être accompagnée, moi-même, en bilan de compétences, j’aurais rêvé de pouvoir pénétrer dans l’intimité d’un bilan en cours…histoire de me rendre un peu compte, de me rassurer sans doute aussi.

Et vous, êtes-vous curieux ?

 

Je vous livre, en toute intimité, le parcours, en synthèse, écrit pour une candidate très attachante…..Capucine (Le prénom a été changé bien sûr… Elle se reconnaitra).
Je m’adresse directement à elle.

 

bilan de compétences

 

« Capucine, vous êtes une jeune femme charmante, pleine de vie, toute orientée vers l’autre, prête à donner de son temps et de son énergie pour que l’autre soit bien. J’ai pu le constater dans le souci que vous vous faisiez, même pour moi et l’intérêt que vous me portiez… !

Vous avez de nombreuses compétences et possédez une grande force de travail.

 

Pour autant, vous avez besoin d’être encouragée en permanence, que l’on valide vos choix que l’on vous rassure. A chaque séance ou presque, vous étiez dans la remise en question de vos capacités à passer à l’étape suivante…Vous oscilliez entre excitation et parfois malaise… !

 

Quand vous avez poussé la porte du Cabinet, vous étiez pressée ; la plus pressée des candidates que j’ai eues à suivre en bilan ou en coaching. Vous vouliez que ça aille vite et bien et que tout soit bouclé avant l’été. Le ‘hic’ c’est que nous ne commencions que le 28 mai.

Pour des raisons administratives un peu extraordinaires, le dossier a, en effet, mis un certain temps à être validé par l’organisme financeur. C’était un signe qu’il ne fallait pas se précipiter ! Comme vous étiez frustrée… Vous me disiez en fin de bilan: « C’est mon côté impatience qui ressort et surtout le fait que j’aime tout contrôler. Mais j’ai bien compris, pendant le bilan, que tout n’était pas de mon ressort et qu’il faut juste l’accepter…. »

 

C’est un peu à la manière d’un cheval fougueux que vous démarrez ce bilan…Très vite, cependant, vous êtes toujours le cheval mais plutôt celui qui n’ose pas toucher les parois de son box, de peur de se tromper et par manque de confiance en soi. Ce à quoi vous répondez à postériori : « Oui bien sûr, je pense que je le suis toujours. Peur de l’erreur, peur de l’imperfection, peur de me tromper et de faire le mauvais choix. Et pourtant, c’est contradictoire, mais je me sens tellement mieux, quand je me laisse aller et que j’oublie d’être parfaite. C’est un long travail sur moi qui ne peut se faire du jour au lendemain mais…j’y travaille »

 

Différentes pistes sont retenues pour partir en enquêtes : Infirmière, Diététicienne, kiné, Technico Commerciale, Sage-Femme, Déléguée Médicale. Après avoir fait une rapide étude comparative sur la manière qu’aurait chacune des pistes de combler vos besoins et sur la faisabilité du projet, vous écartez 4 de ces pistes et ne retenez que Diététicienne et Infirmière. Vous aviez rapidement mis de côté les reprises d’études trop longues (4,5 ans).

Vous travaillez à un examen approfondi des 2 orientations retenues par le moyen d’un SWOT. Cela vous amène à choisir, de manière très nette, la piste de diététicienne. A partir de cette décision, vous vous lancez avec beaucoup d’énergie !

 

Les faits sont les suivants : une fois que vous êtes arrivée à la conclusion de la formation en diététique, vous avez navigué de succès en succès, pour convaincre votre environnement professionnel, obtenir l’adhésion du jury pour l’école de formation. Vous avez une grande puissance de travail, une excellente organisation pour arriver à vos fins et vous savez vous montrer tenace et rigoureuse. Vous avez agi par anticipation, ne vous êtes pas laissée surprendre, avez su user de force de persuasion. Vous vous êtes entrainée pour les différents entretiens et avez mis toutes les chances de votre côté.

 

Vous me dites en septembre : « J’ai trouvé ma voie. J’ai trouvé la lumière et je ne la lâche plus ! »

 

Vous pouvez être fière de vous ! Sincèrement… »

 

 

J’espère que ces quelques lignes vous auront donné envie de prendre du recul vous-même ou d’encourager l’un de vos proches à le faire…

Le bilan de compétences est une belle ‘parenthèse’ de temps pour vous, pour prendre le temps de diagnostiquer vos besoins, vos motivations et aspirations, vos besoins psychologiques, vos compétences et les mettre en projection d’un nouveau projet…qui peut prendre des formes inattendues !

Renseignez-vous !

 Sylvie PREVOST

1 comment

  1. el akel hanan

    vu comme ça, ça a l’air très facile et merveilleux, mais je pense quand même qu’il est beaucoup plus difficile de trouver son chemin et de savoir avec certitude ce qu’on l’on veut faire dans sa vie. A 18 ans il n’est pas aisé de choisir les études qui conviennent le mieux à la personne. Je ne demande qu’à voir… ma fille a 17 ans et elle ne sait pas quelles études entamer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.