Articles Coaching individuel

S’il te plait, dessine moi ton coaching…

 

MP900405412Vous êtes dans ce coaching depuis un moment, et puis ça y est, la fin arrive.

L’instant pour le coach et le coaché de conclure à la fois cette parenthèse, et la relation qui va avec.

Un moment important pour les deux parties, car il permet de remettre chaque acteur dans son rôle propre.

Une méthode que j’ai expérimentée pour cette phase là, et que je me propose de partager avec vous, est le voyage pédagogique.

Kesako le voyage pédagogique ?

Une méthode que j’utilise en formation, inspirée de le méthode Eureka de Christophe Pager (je vous laisse faire vos recherches sur Google), qui permet de conclure de façon ludique et originale.

J’ai simplement adapté cette méthode à l’approche coaching.

Je sais, ce paragraphe ne vous apporte pas grand chose, mais il permet de rendre à César ce qui est à Christophe, et accessoirement de faire durer le suspense 😉

Concrètement, c’est quoi ?

L’idée générale est de proposer au coaché d’exprimer son vécu du coaching, ce qu’il en retire, au travers d’un dessin représentant son voyage. 

D’accord, mais ça ressemble a quoi ?

A ça !

images-articles-0227

Oulah, mais il y a quoi là dedans ? Ça marche comment ?

Ne bougez pas, je vous donne une recette.

Les ingrédients :

  • Un véhicule
  • Un point de départ
  • Une destination prévue
  • Une destination finale
  • Des bagages
  • Des passagers
  • De la fumée / du lest
  • Du carburant
  • Le coach

Rajouter une dose de crayon de couleurs, des feutres, des post it…..

La préparation :

Présenter les différents éléments au coaché:

  • Le véhicule le représente lui dans son coaching,
  • Le point de départ est la situation de départ, quand il a commencé son accompagnement,
  • La destination prévue représente l’objectif qu’il s’est fixé au début du coaching, la situation qu’il voulait obtenir,
  • La destination finale représente la situation vers laquelle il va au final ( lui préciser qu’elle peut être la même que la destination prévue, ou que ça peut être un point sur le chemin,
  • Les bagages représentent les outils avec lesquels il repart, ce qu’il a appris durant son coaching, ce qui est acquis …
  • Les passagers représentent les personnes concernées par ses changements, son évolution : qui cela impacte, qui cela concerne, qui peut être une ressource….
  • La fumée, le lest, c’est tout ce qu’il laisse derrière lui. Ses mauvaises habitudes, ses pièges, ses freins, ce qu’il abandonne…
  • Le carburant représente les motivations qui vont lui permettre de continuer à avancer, à tenir le cap.
  • Le coach, où et comment le laisse-t-il pour clôturer le coaching ?

Lui demander de faire un dessin reprenant l’ensemble de ces éléments, en lui demandant 80% de dessin, 20% d’écriture, afin de privilégier la créativité.

Fournir les feutres, les post it et tout accessoire qui vous tombe sous la main.

Laisser mijoter seul 10 à 15 minutes au paper board,

Cuisinez le au travers d’une série de questions.

D’accord, mais est-ce que ça marche ?

Quelques exemples de résultats constatés :

Jean évolue vers un poste de N+1, alors que ce poste n’existait pas, il s’agit d’une création.

Se pose pour lui la question de ses compétences, de sa légitimité, de ses difficultés à prendre l’ampleur de son nouveau rôle.

Lors de son accompagnement, son cheminement l’amène à remplir ses objectifs de coaching, il trouve ses solutions.

Lorsqu’il se met a dessiner, il s’arrête au bout de quelques secondes, bloque et me regarde d’un oeil profond. 

Aïe…..

“En fait, me dit-il, en dessinant mon point de départ, je me rend compte que je regardais mon nouveau poste comme ancien responsable, et non comme nouveau Directeur Regional. je comprend mieux pourquoi je bloquais”.

Il vient en conclusion de re prendre conscience que changer de regard sur la situation est un bon moyen de changer la situation qui lui fait problème, d’agir dessus. 

Un autre exemple ?

Allez, c’est bien parce que c’est vous.

Anne fait son coaching pour travailler sur sa confiance en soi (c’est un résumé grossier mais suffisant pour l’illustration).

Elle choisit de dessiner non pas 1 véhicule, mais 3 voitures. 

La première est au début du chemin, en flamme et toute cabossée.

La seconde, au milieu du chemin, a perdu ses flammes, reste cabossée, mais moins.

La troisième est proche de la destination finale, réparée au niveau carrosserie, mais reste bien rayée.

Je vous laisse imaginer de vous même tout ce qu’elle a pu dire autour de cette métaphore.

D’autres options pour utiliser cet outil ?

Comme je le disais, j’utilise le voyage pédagogique en clôture de coaching.

Mais pourquoi ne pas l’utiliser en partie pour poser l’objectif, en adaptant les ingrédients ?

Cet outil peu aussi être utilisé à titre individuel, pour prendre du recul sur une situation qui vous ennuie :

Dessinez la situation présente,

La situation voulue,

Où vous en êtes entre les 2 ( bref, êtes vous réellement empêtrée dedans, ou est-ce juste une idée que vous vous faites ),

Les bagages sont les ressources actionnables dans ce contexte,

Le lest, ce que vous avez intérêt à abandonner ….

Je ne vous refais pas la liste, vous avez compris le système.

Alors, outil idéal ?

Pourquoi, ça existe l’outil idéal ?

Donc non, certainement pas, mais un outil efficace tout de même.

Si vous avez des idées et suggestions pour le faire évoluer, n’hésitez pas à les partager en commentant ici.

Vos remarques sont également les bienvenues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.