Articles Bilan de compétences Coaching collectif / Team Building / cohesion d'équipe Coaching individuel Communication Développement personnel Management

L’écoute projective, ou les pièges de l’écoute active….

Que nous soyons manager, collègue de travail, coach ou simplement ami, combien de fois avons nous été sensibilisés à vraiment écouter l’autre.

C’est pour cela que très tôt dans nos formations, nous sommes amenés à distinguer 2 types d’écoute :

L’écoute passive et l’écoute active.

Mais si les choses sont aussi simples, alors pourquoi est-il si difficile d’adopter une vraie posture d’écoute ?

C’est que nous oublions souvent ce troisième type d’écoute : l’écoute projective.

Définitions des différentes écoutes :

Pour bien comprendre ce qu’est l’écoute projective, je vous propose que nous redéfinissions ensemble ces différents type d’écoute :

ecoute-passiveL’écoute passive :

C’est ce que nous faisons tous à différents moments de la journée.
Vous souvenez vous des dernières pub que vous avez entendues à la radio ?
L’écoute est distraite, sans attention particulière.
C’est ce que, messieurs, nous pratiquons régulièrement avec nos épouses, lorsqu’elles nous racontent leur journée 😉
Avec ce talent développé à la longue qui nous amène à hocher de la tête, ou rebondir sur la dernière phrase pour relancer la conversation ; « et là, qu’est-ce que tu lui as dit ? »

Ne rigolez pas mesdames, vous faites la même chose lorsque votre homme vous parle de sa passion pour les voitures ou le dernier match de foot…..

Eh oui, relancer ainsi nous permet d’éviter d’avoir des ennuis avec la police, nous évite de gérer la scène de ménage qui commence invariablement par « de toute façon, tu ne m’écoutes jamais !!! » ou « tu ne t’intéresses pas à moi !!! » (ce qui dans ce cas là, n’est pas tout à fait faux…)

ecoute-activeL’écoute active :

S’il n’y avait que 2 types d’écoute, nous pourrions dire que si nous ne sommes pas en écoute passive, nous sommes alors en écoute active.
Qu’est-ce donc que cette écoute active ?

Ce serait s’intéresser à l’autre, à ce qu’il dit. Creuser sur ce qu’il dit, chercher à comprendre et l’aider à comprendre lui même, à prendre du recul, être dans l’empathie…

Bon en théorie, c’est simple.

Sauf que dans les faits, ce que nous pratiquons le plus souvent est l’écoute projective.

69268564L’écoute projective :

C’est quoi donc que cette bête.
Je vous propose une expérience.

En groupe, demandez à plusieurs personnes quelle est leur couleur préférée.
Pierre, le comptable vous dit bleu,
Lauren, la syndicaliste, vous dit rouge,
Jean, le discret, vous répond bleu,
Luc, la forte tête, vous dit noir….

Lorsque vous demandez au groupe de redonner la couleur préférée de chacune, les auditeurs sont tout contents de pouvoir vous les réciter sans se tromper.
Or là, il ne s’agit que de mémoire.

Analysons ensemble ce qui s’est passé :
Quand Pierre et Jean disent bleu, combien dans le groupe se sont dit « ça ne m’étonne pas, le bleu, c’est la couleur préférée de 80% des français. Aucune originalité ces 2 là. M’étonne pas d’eux : un comptable et un introverti… »
Quand Lauren dit rouge : « Ah ben oui, forcément !! c’est son côté revendicateur qui ressort»
Et pour le noir de Luc, « Vu son caractère bien trempé, ce n’est pas étonnant »….

Nous n’écoutons donc pas vraiment, nous filtrons en fonction de nos perceptions.

Allons plus loin d’ailleurs dans l’expérience.

Exercice de réactivité : Mathilde vous annonce qu’elle est mutée aux Seychelles, quelle est la première chose que vous lui dite ? Postez-le en commentaire avant de lire la suite ?

Non non, ne trichez pas, notez…

Allez, les réponses les plus courantes :

« Bravo ! »
« Félicitations ! »
« Veinarde ! »
« Ah, sympa, on pourra venir te voir ! »

Combien se sont vraiment intéressés à ce que vit Mathilde, ce qu’elle se dit.
C’est peut-être une punition pour elle, une galère de partir avec toute sa famille….

Derrière ces « bravo, félicitations, veinarde… », que peut-on lire ?
La première interprétation que nous faisons, c’est que c’est une récompense,
La deuxième (veinarde) : « j’aimerais bien être à ta place »
« Ah, sympa, on pourra venir te voir» : clairement, l’interlocuteur pense plus à son intérêt qu’à celui de Mathilde : il a trouvé un pied à terre pas cher.

(P.S : l’inverse fonctionne aussi. Si elle vous avait dit qu’elle était mutée à Lille par exemple  😉  ):
« Ma pauvre ! »
« T’es punie ? »
ou le désormais célèbre « Tu as crevé les pneus de ton fauteuil roulant ? » tiré de “bienvenue chez les Ch’tis”….)
On imagine déjà le gros blouson et les cordes qui tombent dehors.

Autre contexte, autre constat que nous pouvons observer : ce manager qui questionne son collaborateur pour le faire progresser dans la recherche de solutions. Ecoutez bien ses questions : combien sont en fait des propositions avec un point d’interrogation ?

« Est-ce que tu ne penses pas que… », « Et si tu essayais de … », « Ne faudrait-il pas que… ? »
Le manager influence donc son collaborateur en essayant de l’amener aux solutions qu’il envisage, et pas vraiment pour lui permettre d’identifier ses propres ressources.

En coaching, nous devrions nous départir de ce phénomène.
Mais quel coach ne s’est jamais surpris à poser des questions parfois orientées ?

Même bien sensibilisé au sujet, l’écoute que nous pratiquons le plus souvent est bien cette écoute projective.

Finalement :

Ecouter activement est un art qui demande une forte concentration, et de se centrer sur l’autre.

« Au royaume des sourds, il y a beaucoup de bruit pour rien ».
(Francis Blanche – Pierre Dac)

Une partie de ce bruit vient de nous, pas toujours de l’autre.

A vos réactions et témoignages, et dites nous ce que vous aviez répondu à la question concernant Mathilde.

3 comments

  1. Clin Zoé

    Réaction à Mathilde : “Woaow! … Pourquoi?”

    Merci pour cet article limpide

  2. Jo

    Réaction à Mathilde :
    Heinnnn

  3. Nriss

    Moi javais repondu jespere que tu seras heureuse la bas si cest ce que tu voulais. Les seychelles cest beau en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.