Articles Bilan de compétences Coaching collectif / Team Building / cohesion d'équipe Coaching individuel Communication Développement personnel Intelligence collective Management

Triangle dramatique : arrêtez de jouer (2/3) : Le PAE pour les nuls

En publiant l’article sur les jeux psychologiques et le triangle de Karpmann, je renvoyais sur celui concernant notre manque en signes de reconnaissance.

À la réflexion, je me rends compte qu’il manque une certaine logique à tout ça, que je vous propose de rectifier.

En effet, d’où vient ce besoin de “jouer”, qu’est ce qui nous pousse à mettre en place ces stratégies.

L’ensemble de ces thèmes, triangle de Karpmann, jeux psychologiques, strokes… sont abordés au travers d’une discipline  : l’analyse transactionnelle.

L’Analyse Transactionnelle

C’est quoi cette bête  ?

«  L’analyse transactionnelle est une discipline fondée par  Éric Berne, médecin psychiatre américain, dans les années 1950 à 1970.

L’analyse transactionnelle  (aussi appelée  AT) est une théorie de la  personnalité  et de la  communication. Elle étudie les  échanges relationnels, appelés «  transactions  ».

Eric Berne identifie 3 états du «  Moi  »  : Parent, Adulte, Enfant, aussi dénommés P.A.E.

L’analyse transactionnelle vise à permettre une prise de conscience ainsi qu’une meilleure compréhension de «  ce qui se joue ici et maintenant  » dans les relations entre deux personnes et dans les groupes.  »

(merci wikipedia)

PAE-simpleLes états du moi  : Parent / Adulte / Enfant, expliqués aux nuls

Oulahh, 3 états du «  Moi  », on commence à toucher à la psycho me direz-vous  !!!

Oui en un sens. Sauf que la démarche d’Eric Berne est de vulgariser, au sens noble du terme, cette approche, pour la rendre accessible.

Et donc nous permettre de comprendre nos modes de fonctionnement, optimiser nos atouts et prendre conscience de nos pièges de personnalités.

Que met-on derrière ces 3 états  ?

Prenons l’exemple d’une serre.

Pour que les fruits et légumes poussent, que faut-il  ?

Le parent

parent-bienveillantLe parent Bienveillant ou Parent Nourricier

Notre serre doit être à bonne température, ni trop chaude, ni trop froide. C’est le rôle de notre parent bienveillant. La partie en nous qui prend soin de l’autre, qui est attentif.

Mais tout est question de dosage. En effet, à être trop attentif, trop protecteur, cela peut devenir étouffant. De peur que nos fruits ne prennent froid, nous montons le chauffage, nous les arrosons.

Si nous le faisons trop, l’effet premier, c’est que nos fruits ne développent pas les capacités à combattre d’eux même les éléments extérieurs.

Si l’on continue tout de même, l’autre effet, c’est qu’à monter trop la température, nous risquons finalement de gâter nos fruits. A trop les arroser, nous pouvons les noyer.

Prenez l’image d’un parent qui chérit son bébé. Il le chérit tellement fort qu’il le serre dans ses bras. Il le serre tellement fort dans ses bras qu’il finit par lui faire mal.

Voici un exemple de notre parent bienveillant dans ses excès… tout est question de dosage.

Le parent Normatif

Dans la serre, il y a aussi besoin d’ordre. Que les plants soient suffisamment espacés pour permettre à chacun de respirer, de se développer. Mais aussi de tuteurs pour permettre de grimper.

Certes, cela contraint notre plantation  : nos légumes ne font pas ce qu’ils veulent, mais c’est pour leur bien.

Là aussi, il y a une question de dosage.

Essayez d’obliger un tournesol à ne pas regarder le soleil par exemple. Il ne durera pas longtemps.

Notre parent normatif nous structure donc.

Si ces règles sont trop rigides, elles nous enferment. À l’image de ce lien sur le tuteur. Il faut qu’il soit suffisamment serré pour orienter la plante. Mais s’il est trop serré, il empêche la croissance, voire coupe la circulation et devient castrateur.

Notre parent, c’est donc le siège des croyances, des règles. C’est celui qui communique sur le registre de l’opinion, transmet des injonctions  ; «  Mange ton pain, tiens toi droit, sois gentil avec la dame, dépêche toi, tu vas être en retard…  »

Ces opinions, ces croyances, ces injonctions nous fixent un cap.

Or ce cap, nous nous le fixons, mais nous avons tendance à attendre des autres qu’ils prennent le même.

L’enfant

Dans notre serre, l’enfant pourrait être nos fruits et légumes, nos fleurs…

Pour que notre culture soit riche, nous aurons donc plusieurs variétés de plantes.

PAE--l-enfantL’Enfant Soumis.

Pour une belle production, nous avons besoin de ces enfants soumis. C’est celui qui est discipliné, qui obéit aux règles sans opposer de résistance, parce qu’il sent qu’il en a besoin.

Le piège, c’est lorsque cet enfant soumis prend conscience que le tuteur le gène, mais qu’il n’ose pas se manifester. Alors, il le vit mal, et généralement se culpabilise, s’étiole sans qu’on sache pourquoi. A moins d’adopter un autre état.

L’Enfant Rebelle

L’enfant rebelle dans notre serre, c’est un peu la mauvaise herbe. Dit comme ça, ça peut paraître péjoratif.

Alors que non.

La mauvaise herbe, c’est celle qui s’autorise à pousser là où elle veut. Elle remet en cause l’autorité imposée, pousse le limites. C’est un premier pas vers l’assertivité, l’affirmation. Elle développe la capacité à pousser dans des terrains arides, dont nulle autre plante ne voudrait.

Mais si on la laisse trop se développer, elle peut venir gêner les autres, prendre leur place.

C’est la part de nous qui nous pousse parfois à être en réactivité, à se mettre dans l’opposition de principe.

L’Enfant Libre

Imaginez une serre donc, où tout file droit, bien carrée. Cela ressemble à de la production de masse, impersonnelle non  ?!?

Si vous voulez une serre gaie et joyeuse, vous prendrez soin de laisser quelques herbes folles. Celles qui à première vue n’ont rien à faire là, mais qui apportent une touche de gaité, de couleur.

C’est notre enfant libre. Celui qui ne pense qu’à s’amuser, qui prend la vie comme un jeu, celui de la légèreté.

Certains courants dissocient l’Enfant Libre et l’Enfant Créatif d’ailleurs.

Là aussi, on retrouve une question de curseur, car à n’être que comme cela, c’est l’insouciance, le superficiel, et les pièges associés.

Nos états de l’enfant sont ainsi le siège des émotions  : la peur, la joie, la colère, la tristesse et toutes leurs déclinaisons.

L’Adulte

PAE-l-adulteL’adulte dans la serre, c’est notre jardinier. C’est celui qui veille au grain, à l’harmonie.

C’est notre partie raisonnée.

Attention là aussi. Car s’il ne fait appel qu’à la part raisonnable, il en devient automatique, impersonnel, froid.

A l’idéal, le jardinier veille à ce que chacune des parties trouve sa place. Il veillera à fixer un cadre qui ne soit pas trop étouffant, à prendre soin sans tomber dans l’excès, acceptera un peu de désordre sans tomber dans l’anarchie…

L’adulte quant à lui est donc rationnel, réfléchi, factuel.
PAE-de-taille-

Quel lien entre le P.A.E et nos rôles du triangle  ?

Ça, je vous propose de le découvrir dans le prochain épisode

Si vous voulez connaître vos préférences, vous pouvez passer le test ici.

Personnellement, je ne m’y suis pas vraiment retrouvé. Mais est-ce que je me connais si bien que ca  ?

Questions de Coach  :

  •     Etes-vous protecteur avec les autres  ?
  •     Attendez-vous qu’ils vous demandent votre aide pour intervenir  ?
  •     Que faites-vous de vos émotions dans votre travail  ?
  •     Etes-vous plutôt intuitif ou rationnel  ?

 

Crédit image: (c) 123RF.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.